Agneau rôti de pâques et ses pommes de terre fondante

Comme Pâques approche et qu’il est coutume de manger de l’agneau à cette époque. Je vous propose ce plat très facile qui ne demande pas d’être scotchée aux fourneaux et qui est un vrai délice. L’agneau coupé en morceaux cuit en même temps que les pommes de terre. J’aime ce genre de plat où tout cuit dans le même plat. Le résultat, c’est une viande bien grillée, des pommes de terre dorées et très parfumées tant par les herbes que par la graisse de l’agneau. Peut-être que vous cherchez un plat simple à faire pour ce week-end de Pâques, je vous le conseille vivement, je l’adore ! Et un petit mot pour vous dire que la semaine prochaine, il n’y aura pas de nouvelle recette comme je pars en vacances.

blog 

https://plaisiretequilibre.wordpress.com/2017/04/05/agneau-et-pommes-de-terre-au-four/

Pour 4 personnes :

– 800 g d’épaule d’agneau désossée
– 500 g de pommes de terre
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– huile d’olive
– 2 branches de romarin frais
– 2 feuilles de laurier
– thym
– sel, poivre

Préchauffer le four à 160°C (thermostat 5,5).

Laver, éplucher et essuyer les pommes de terre, les couper en gros cubes.

Éplucher et émincer finement l’oignon et l’ail.

Couper l’épaule d’agneau en gros cubes.

Dans un grand saladier, mélanger ensemble les pommes de terre, l’oignon, l’ail, le thym, sel, poivre et l’agneau.

Verser l’ensemble dans un plat à gratin. Ajouter les branches de romarin et les feuilles de laurier.

Enfourner pendant 1h20 environ, en ayant soin de mélanger toutes les 20 minutes (ce qui permet de dorer uniformément l’agneau et les pommes de terre).

Augmenter la température à 200°C (thermostat 6,5).

Mélanger tous les ingrédients dans le plat et enfourner encore pendant 5 à 10 minutes pour bien faire dorer le tout.

Servir chaud, le plat directement sur la table.

Se régaler !

Source : Un déjeuner de soleil

Je dédie cette recette à Cuisinons de saison du mois d’avril organisé par mon amie Claudine.

https://plaisiretequilibre.wordpress.com/2017/04/05/agneau-et-pommes-de-terre-au-four/

Publicités

Granola maison « Maman Zen ( ou presque ) »

 

Depuis que j’ai découvert la recette du granola maison, il ne se passe pas une journée à la maison sans qu’il y en ai dans le pot.
Déclinable à l’infini en fonction des goûts de chacun, ça remplace dorénavant les céréales du petit déjeuner et permet de gérer la composition, les matières grasses, le sucre et les besoins.

Je vous donnes ma recette de base à adapter en fonction de vos envies.

Pour un grand bocal de Granola (environ 500gr)

  • 280gr de flocons de céréales (avoine, soja, sarrasin, épeautre, riz, … ou un mélange)
  • 170gr de graines ou fruits à coques grossièrement hachés (noisettes, amandes, noix, pignons, sésame …)
  • 2 cuillère à soupe d’huile (olive, colza, coco …)
  • 5 cuillère à soupe de liquide sucrant (miel, agave, sirop d’érable …)
  • 1 à 2 cuillère à café d’épices ou mélange
  • 1 cuillère à soupe d’extrait de vanille

Facultatif :

  • 30gr de noix de coco râpée ou en flocons
  • 60gr de pépites ou copeaux se chocolat
  • 120gr de fruits secs hachés grossièrement (abricots, raisins, goji…)

Bien mélanger tous les ingrédients sauf les pépites de chocolat et les fruits secs qui seront à ajouter à la fin.

Enfourner à 150° pendant 30 à 40 minutes en remuant bien toutes les 10 minutes.

Laisser refroidir et ajouter le chocolat et/ou les fruits secs.

Conserver sans un bocal hermétique. Se conserve environ 1 mois mais, en général, est consommé bien avant.

via Granola maison  — Maman Zen ( ou presque )

Recette : Pain de seigle Bio maison

Recette : Pain de seigle Bio maison

21 févr. 2017

IMG_0019.JPGIngrédients :

– 300g de farine complète de blé T 160
– 120g de farine de seigle
– 2 càc de bicarbonate alimentaire
– 50g d’avoine
– 3 yaourt bio ( 125g chacun)
– 1 càc de sel fin
– 1 oeuf

1) Préchauffer le four à 180°C
2) Dans un bol mettre le yaourt et l’œuf. Mélanger afin d’obtenir un mélange homogène;
3) Dans un saladier mettre les farines, l’avoine, le bicarbonate et le sel. mélanger;
4) Ajouter le contenu du bol dans le saladier et pétrir jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Faire une boule;
5) Mettre la boule sur une plaque de cuisson et l’aplatir un peu. Fariner un peu et dessiner une croix sur le dessus. Laisser cuire 45min.

Valeur nutritive pour 1 pain:

CALORIES LIPIDES PROTEINES GLUCIDES SUCRES FIBRES
1917 kcal 31 g 76 g 317 g 27 g 159 g

 

 

via Recette : Pain de seigle Bio maison — Mon partage d’expériences

Tartelette fondante aux topinambours et panais — un chat en cuisine

Bonjour ! Ce matin c’est une petite recette originale et gourmande que je vous propose ! J’avais achete des topinambours récemment, dans l’optique d’apprendre à les cuisiner, de les aimer, et de les varier. J’avais alors proposé ce velouté au gorgonzola/topinambours. Pour Ma deuxieme tentative, je voulais quelque chose de plus doux. J’ai alors déniché […]

via Tartelette fondante aux topinambours et panais  — un chat en cuisine

Aubergine à la mozzarella au four — L’atelier de Steph et Lolie

Ingrédients pour 2 personnes: 1 aubergine blanche 1 boule de mozzarella 1 tomate rouge 1 tomate verte 2 càs de curry en poudre Huile d’olive Quelques feuilles de basilic Fleur de sel, poivre noir du moulin Préparation: Préchauffez le four à 180°C Lavez et coupez l’aubergine en deux dans le sens de la longueur Scarifier […]

via Aubergine à la mozzarella au four — L’atelier de Steph et Lolie

Pourquoi consommer des algues.

On les dit légumes du futur !
Absolument parfaites par leur composition, les algues méritent d’être mieux connues : non seulement parce qu’elles sont extrêmement riches en protéines très assimilables, acides aminés et sels minéraux, mais aussi parce que ce sont de savoureux ingrédients pour une cuisine exotique.
Il faudrait être fou pour ne pas en profiter dès à présent…

image

En Extrême-Orient, surtout bien sûr tout au long du littoral, les algues sont consommées depuis fort longtemps.
Mais il est vrai qu’en Occident, même si parfois elles peuvent éventuellement sembler amusantes dans la mesure où elles rappellent les vacances à la mer, leur usage culinaire n’est pas encore réellement entré dans les mœurs.
Ce sont pourtant des plantes au même titre que nos légumes terrestres, mais leur aspect si différent, leur odeur très fortement iodée, leur texture mucilagineuse et leur goût étrange inquiètent pour l’instant le consommateur plus qu’ils ne l’attirent.
Pourtant, tout comme les poissons ou les fruits de mer, les algues apportent sur nos tables les saveurs océanes, ainsi, d’ailleurs, que leurs vertus hautement thérapeutiques.
Salades, tofus, omelettes, tartes, bouillons ou gelées aux algues peuvent donc vous régaler tout en comblant vos carences nutritionnelles, en soulageant votre stress ou en embellissant vos cheveux, vos ongles, vos dents et votre peau…
Dès lors, pourquoi se priver de ces aliments qui nous offrent la richesse concentrée de l’océan, source de toute vie… et qui sont, sans doute, appelés à prendre une place de premier plan dans l’alimentation ?

Un concentré de nutriments
Au-delà de leur aspect et de leur goût, c’est peut-être le profil nutritionnel des algues comestibles qui surprend le plus.
Elles contiennent en effet en abondance des acides aminés de choix, des minéraux très facilement assimilables, des vitamines, des oligo-éléments et des fibres.
Inversement, l’apport en lipides est infime, ce qui les indique naturellement en cas de prise de poids ou de cholestérol.
Plus précisément, les algues contiennent en moyenne :
→ 25% de minéraux assimilables dont certains sont des plus rares,
→ 20% de protéines d’une qualité optimum puisqu’elles possèdent la totalité des acides aminés,
→ 53% de glucides presque exclusivement constitués de fibres,
→ 2% à 5% de lipides surtout composés d’acides gras polyinsaturés, autrement dit les meilleurs,
→ et enfin de nombreuses vitamines, dont celles du groupe B, de la C et du bêtacarotène.
Mise à part cette pléiade de nutriments, certes de la plus grande qualité mais néanmoins classiques, les algues contiennent aussi d’autres substances spécifiques qui en font des produits à part.
C’est le cas, par exemple, des acides alginiques et des mucilages qui, en se combinant au plomb, au mercure, au cadmium et autres métaux lourds, parviennent à les déloger et à les expulser de l’organisme par les voies naturelles.
Par ailleurs, comme beaucoup de produits de la mer, elles contiennent de l’iode à l’état naturel, un nutriment indispensable à la thyroïde, une glande endocrine tout particulièrement stressée par le mode de vie moderne et la pollution.
Bien sûr, les algues sont également riches en antioxydants et, grâce à cela, outre leur capacité à inhiber les effets de la nicotine, elles :
→ accroissent les défenses naturelles,
→ améliorent les échanges cellulaires,
→ augmentent l’énergie vitale,
→ rétablissent les fonctions organiques,
→ stimulent le métabolisme,
→ et remettent l’organisme en ordre.

Une grande variété d’espèces

On ne connaît évidemment pas toutes les espèces d’algues, tant elles sont nombreuses ; mais on emploie déjà une grande quantité de variétés dans notre cuisine, même si la plupart d’entre elles ont été purement et simplement importées des habitudes culinaires du Japon.
Parmi les plus connues, et surtout les plus intéressantes au plan thérapeutique, l’algue Kombu est une laminaire qui déroule ses rubans au gré du courant, s’apparentant à un fouet dont les lanières sont charnues et croquantes.
Elle s’emploie avant tout pour la cuisson des légumineuses et notamment des azukis, ou dans un court-bouillon, ou encore comme bardage autour de certains poissons.
L’algue alimentaire Kombu représente un des aliments les plus adéquats qui soient, du point de vue qualitatif, dans la mesure où elle permet de diminuer à court terme les besoins nutritionnels de l’organisme et constitue un appoint pour la stabilisation du poids.
Mais le principal avantage de ces algues Kombu réside probablement dans le fait qu’elles sont alcalines.
Rappelons que les aliments peuvent être divisés en deux grands groupes : les acides et les alcalins, et qu’il est important d’arriver à un équilibre, notamment en évitant les excès d’acidité liés à une alimentation trop riche en viandes, graisses et légumes secs.
Le travail, la fatigue physique et le stress ont d’autre part tendance à déséquilibrer votre organisme vers l’acidité.
Or, l’algue Kombu est un aliment à réaction alcaline, qui aide à neutraliser ces excès d’acidité.
De plus, la Kombu est très riche en sels minéraux comme le fer, le calcium, le magnésium et l’iode, ce qui en fait un excellent reminéralisant et désaltérant.
Notons d’ailleurs qu’elle contient aussi des vitamines A, B1, B2, C, PP, B6, B12 en grandes quantités.
Le contenu calorique de ces algues est également idéal, puisqu’elles sont constituées pour 50% d’hydrates de carbone qui leur confèrent la propriété de donner un surcroît d’énergie à ceux qui en consomment régulièrement.
Pauvres en sodium et riches en alginates, elles favorisent l’élimination du sodium, préviennent le durcissement des artères et, par voie de conséquence, l’élévation de la pression sanguine.
Enfin, riches en fibres, elles stimulent le péristaltisme, et par conséquent diminuent la constipation.
Mais beaucoup d’autres algues méritent encore d’être mentionnées.
La Nori, tout d’abord, se reconnaît à ses reflets violets, même si elle devient presque noire lorsqu’elle est séchée.
Ses saveurs rappellent celles du thé fumé ou du champignon séché.
Très fine et souple, c’est aussi l’algue impériale du Japon.
Vous la trouverez sous forme de feuilles rectangulaires allant du noir au vert.
Grillée sur la flamme puis émiettée, vous la mettrez en caviar sur une pomme de terre au four, ou accompagnement de vos omelettes et sauces.
Elle est également disponible en paillettes, que vous pouvez saupoudrer directement sur vos plats.
La Wakamé, pour sa part, se reconnaît aisément à sa lame souple avec une nervure croquante.
Comme toutes les algues brunes, la cuisson porte sa couleur au vert.
Les saveurs de la Wakamé sont très fines, avec un goût d’huître, et son emploi permet de renforcer le fumet de bien des plats.
Blanchie et mixée avec les légumes, elle fera des potages exceptionnellement veloutés.
De plus, elle s’accommode parfaitement avec les salades.
La laitue de mer, quant à elle, est une algue vert vif qui contient donc beaucoup de chlorophylle, indispensable à la détoxination du sang et à l’oxygénation des cellules.
Elle se préparere crue en marinade ou en tartare, ou encore saupoudrée sur des gratins et des œufs à la coque, ou mixée dans vos potages.

Un mode d’emploi assez simple
Tout comme les légumes, les algues peuvent se manger crues, c’est-à-dire généralement en salades.
Mais d’autres se font cuire à l’eau, à la vapeur, à l’étouffée, au four, sautées, en beignets ou en soupes…
On peut également les faire mariner ou fermenter.
On les trouvera soit fraîches, soit sèches :
→ fraîches, elles sont conservées dans du sel, et il faudra alors les rincer et les laisser tremper 5 ou 10 minutes, mais pas plus.
→ sèches, elles peuvent se présenter entières ou coupées en morceaux, et il conviendra de les réhydrater quelques minutes avant cuisson, sauf, bien sûr, lorsqu’elles sont en poudre ou en paillettes.
L’avantage des algues sèches étant bien sûr leur facilité de conservation, ainsi que leur praticité d’emploi.
Jean-Baptiste Loin
Pour trouver de délicieuses algues biologiques cultivées
ou cueillies en Bretagne :

Ao Nori en paillettes
Poudre de Wakamé, alternative au sel
Wakamé en paillettes
Nori en paillettes
Laitue de mer en paillettes

Quelques recettes aux algues
(Les proportions sont prévues pour 2 personnes)
৩ Velouté d’orties à l’Ao-Nori

ၑ un gros bouquet d’orties fraîches
ၑ 3 càs d’algues Ao-Nori
ၑ 1 oignon coupé fin
ၑ 2 belles carottes finement râpées
ၑ 2 pommes de terre
ၑ sel, poivre
ၑ lait de coco
Dans un peu d’huile de tournesol, faites revenir les orties, les algues, l’oignon et les carottes.
Ajoutez ensuite les pommes de terre râpées et un peu plus d’un litre d’eau, du sel et du poivre.
Laissez cuire une bonne vingtaine de minutes.
Mixez avant de servir avec un peu de lait de coco.

৩ Tartare d’algues à la laitue de mer
ၑ 3 càs bombées de laitue de mer séchée en paillettes
ၑ 3 càs de vinaigre de cidre
ၑ 3 càs d’huile de colza, noix ou chanvre
ၑ 1 càc de moutarde
ၑ 100 ml de crème végétale
Dans un petit bol, versez tous les ingrédients, sauf les paillettes d’algues, et mélangez à la fourchette pour obtenir une texture bien homogène.
Versez la sauce sur la laitue de mer.
Laissez les paillettes à réhydrater pendant au moins 10 minutes.
Servez accompagné de petits toasts ou de bâtonnets de légumes crus.
Vous pouvez conserver ce tartare jusqu’à 3 jours au frais.

৩ Chou farci au Kombu
ၑ 6 beaux Shiitakés secs
ၑ 20 centimètres d’algue Kombu
ၑ 200 grammes de Tempeh
ၑ 3 carottes
ၑ feuilles de chou vert
Faites tremper une dizaine de minutes les Shiitakés dans de l’eau avec l’algue

Kombu.
Coupez le Tempeh en petits parallélépipèdes de 5cm/2cm/1cm et faites-les dorer sur les deux côtés.
Coupez les carottes en rectangles de même surface mais moins épais.
Faites blanchir les feuilles de chou, puis garnissez-les avec un morceau de Tempeh, un morceau de carotte, et un peu de champignons trempés.
Roulez les feuilles de chou ainsi farcies, et disposez-les dans une cocotte sur les algues Kombu.
Recouvrez avec l’eau de trempage, salez, et laissez cuire une petite demi-heure.

Source: http://www.reponsesbio.com/…/05/15/pourquoi-manger-des-alg…/

Jus de fruits : banane vanille

  • Ingrédients pour 1 personne 

  • coupe-faim-a-la-banane

 

  • Prenez 250 ml de lait
  •  1 banane
  •  4 figues sèches
  • 6 carreaux de chocolat noir maximum genre 90% amer,
  • une goutte d’extrait de vanille.
  • Mixez
  • Déguster