La vérité sur les faux-sucres (1 )

Où se cachent les édulcorants ?

Des boissons light aux confitures allégées, on a l’impression que les édulcorants sont partout !
Qui sont ces produits ?
Comment les repérer sur les étiquettes ?
Y-a-t-il des doses à ne pas dépasser ? 

Depuis plusieurs années, on retrouve les édulcorants dans de nombreux produits. C’est le cas des allégés, dans lesquels ils ont remplacé le sucre : confitures, compotes, crèmes desserts, yaourts… mais aussi des sodas « light ». Sans compter les sucrettes et autres faux sucres en poudre ou en morceaux destinés à être utilisés dans l’alimentation quotidienne. Il font aujourd’hui leur apparition dans les chewing-gums et autres confiseries, où la présence de faux-sucres promet un effet anti-caries.

Apprenez à lire l’étiquette !

Les édulcorantsPour les débusquer, pas de secret, il faut lire l’étiquette. Voici une liste des produits autorisés en France et de leurs codes européens :

Les édulcorants intenses :

 Aspartame (E 951) ;
  • Acesulfame de potassium (E 950) ;
  • Cyclamates (E 952) ;
  • Saccharine (E 954) ;
  • Thaumatine (E 957) ;
  • Néohespéridine (E 959) ;
  • Sucralose (E 955).

A noter que les produits qui contiennent de l’aspartame doivent en plus porter la mention « contient de la phénylalanine ». Ce message est destiné aux personnes souffrant de phénylcétonurie, une maladie génétique rare.

Les faux-sucres (polyols ou sucres-alcools) :

  • Sorbitol (E 420) ;
  • Mannitol (E 421) ;
  • Xylitol (E 967) ;
  • Maltitol (E 965) ;
  • Isomalt (E 953) ;
  • Lactitol (E 966).

A noter que les produits qui contiennent des polyols doivent en plus porter la mention « une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs ». En effet, consommés à hautes doses, ils peuvent avoir des effets indésirables sur le transit.

Les médicaments aussi !

Les aliments ne sont pas les seuls à renfermer des faux sucres ! Ainsi, on trouve des édulcorants dans les médicaments par exemple. Selon l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), plus de 600 spécialités contiennent de l’aspartame. Mais cet organisme précise que ces apports restent « très limités au regard des apports alimentaires ».

Des doses à ne pas dépasser !

Pour plus de sécurité, le Comité mixte FAO/OMS d’experts des additifs alimentaires (JECFA), administré conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a défini des doses journalières acceptables pour certains édulcorants.

Il s’agit d’une dose par kilo de poids que chacun ne doit pas dépasser :

 
Edulcorant Doses journalières acceptables
Aspartame (E 951) 40 mg/kg
Acesulfame potassium (E 950) 15 mg/kg
Cyclamates (E 952) 11 mg/kg
Saccharine (E 954) 5 mg/kg
Sucralose (E 955) 15 mg/kg

Pour que ces seuils ne soient pas dépassés, l’Union européenne a défini pour tous les aliments les doses à maximales qu’ils peuvent contenir. Ainsi, vous ne pouvez théoriquement pas atteindre ces seuils en consommant de manière habituelle des produits préparés et autres boissons. Néanmoins, l’AFSSA rappelle que les enfants diabétiques sont considérés comme un groupe à risque : ceux-ci consomment beaucoup de substituts du sucre et ont généralement une faible masse corporelle. Mais pour le reste de la population, il n’y a théoriquement aucun risque, à moins de mettre des dizaines de sucrettes dans votre café…

Alain Sousa
Publicités

5 commentaires »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s